Sont proposés aux enfants sages des décors à dessiner et à colorier, des stickers pour créer des cartes de vœux et des décorations de Noël, une sélection de livres d’activités pour occuper les petites mains pendant ces vacances de Noël.

Les beaux livres, grands, cartonnés, sur papier glacé, très richement illustrés, c’est le cadeau de Noël qui fait rêver et à offrir, notamment pour  le plaisir des yeux. L’an dernier, 2,5 millions d’exemplaires ont été vendus pendant les fêtes, soit un tiers des ventes de l’année. La période des fêtes est donc cruciale pour les éditeurs.

Une étude du cabinet Deloitte révélait en 2012 que le livre était le premier cadeau offert, tendance qui était constatée dans 14 des 18 pays européens étudiés. La dernière étude du Centre national du livre (CNL) vient appuyer ce constat, en spécifiant que 85 % des Français se déclarent lecteurs de livres et 8 Français sur 10 disent en offrir régulièrement. Tout laisse à penser que le livre est le cadeau tout trouvé.

Dans les coulisses des éditeurs, les équipes sont au taquet plusieurs mois avant les fêtes.

Éditions limitées, de luxe par exemple, coffrets, couvertures spéciales, papier glacé, cartonné, la stratégie est à revoir tous les ans. Qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, de romans, de bandes dessinées, de livres de poésie, d’art ou d’ouvrages illustrés de photographies, non seulement leur contenu est important, mais aussi leur apparence. Il s’agit de capter l’attention du consommateur.

Puis il s’agit d’imprimer ces ouvrages avec le plus grand soin, de convaincre les libraires de commander le plus d’exemplaires possible, avec un défi majeur, placer les beaux livres, indispensables pour réussir la saison de Noël.

Pour les libraires, cette période est tout aussi cruciale. Selon le CNL, le dernier trimestre représente en moyenne près de 30 % de leur chiffre d’affaires annuel dont 14 % sont attribués au seul mois de décembre.

S’ensuit l’angoissse de savoir si le succès a été au rendez-vous, si cette période de fêtes a permis de réaliser une part du chifrre d’affaires attendu.

Laisser un commentaire