En règle générale, pour former le pluriel d’un nom ou d’un adjectif, on ajoute un « s » à la forme du singulier.

un caramel mou > des caramels mous

un album amusant > des albums amusants

Cette règle vaut aussi pour les mots issus de langues étrangères, même s’il est parfois possible de garder le pluriel d’origine.

un anorak > des anoraks

un agenda  > des agendas

un sandwich > des sandwichs (ou des sandwiches)

un whisky > des whiskys (ou des whiskies)

Les noms et adjectifs qui se terminent par s, x ou z au singulier gardent la même forme au pluriel.

un gaz gris > des gaz gris

un choix heureux > des choix heureux

Là encore, les mots empruntés à d’autres langues suivent cette règle (les noms anglais en « x » peuvent aussi garder leur pluriel en « es »).

une merguez > des merguez

un box > des box (ou des boxes)

Sept noms se terminant par -ou prennent un « x » au pluriel. On écrit ainsi : des bijoux, des cailloux, des choux, des genoux, des hiboux, des joujoux et des poux. Les autres noms et adjectifs en -ou prennent un « s ».

des clous

des sujets tabous

Pour tripou (charcuterie aveyronnaise) et ripou (verlan de pourri), les deux pluriels sont possibles : des tripous ou des tripoux, des ripous ou des ripoux.

De même quelques noms en -al ont un pluriel en -aux. Parmi les plus courants, on trouve : des baux, des coraux, des émaux, des soupiraux, des travaux, des vantaux, des vitraux. Les autres noms prennent un « s ».

des détails

des épouvantails

La plupart des adjectifs masculins et des noms qui se terminent par -al au singulier ont un pluriel en -aux.

un animal original > des animaux originaux

Bien que le pluriel en -als puisse s’expliquer (emprunts à des langues étrangères, -al faisant partie du radical…), les noms et adjectifs suivants sont considérés comme des exceptions :

des avals des chacals natals
des bals des chorals des pals
banals des étals des récitals
bancals1 fatals des régals
des calculs des finals2 tonals
des carnavals des festivals des trials
des cérémonials navals des vals3

1   Banaux s’emploie seulement dans l’expression : des fours bana (qui appartiennent à tous, au ban).

2  On écrit également, à l’italienne : un finale, des finales.

3  Le pluriel vaux s’emploie seulement dans l’expression par et par vaux.

On trouve les deux pluriels (-als ou -aux) pour :

–  idéal (adjectif ou nom)

– et les adjectifs suivants : austral, boréal, causal, final, glacial et pascal.

des vents glacials      ou     des vents glaciaux

La plupart des noms et des adjectifs qui se terminent au singulier par -au, -eau ou -eu prennent un « x » au pluriel.

des noyaux          des moyeux          de beaux châteaux

Mais on écrit avec « s » :

– les noms : des landaus, des sarraus, des émeus, des lieus (poisson), des pneus ;

les adjectifs : bleus (employé également comme nom) et feus («défunt»).

nos feus parents

Lorsqu’ils sont écrits en un seul mot, les noms composés suivent les mêmes règles pour leur formation du pluriel que les mots simples.

un bonjour (= bon + jour) > des bonjours

un portemanteau (= porte + manteau) > des portemanteaux

Cependant, dans monsieur, madame, mademoiselle, monseigneur, bonhomme et gentilhomme, chacun des éléments qui les composent prend la marque du pluriel :

messieurs     mesdames    mesdemoiselles     messeigneurs

bonshommes    gentilshommes

Pour bonshommes ([bôzom]) et gentilshommes ([zâtizom]), on fait entendre la liaison entre l’adjectif au pluriel et hommes.

ATTENTION

Jamais de « e » devant -aux s’il n’y a pas de « e » au singulier.

un marteau > des marteaux

un journal > des journaux (et non des journeaux) 

EN BREF

Exemples exceptions
en général

on rajoute « s »

des rapports, des lettres
ou ous cous, fous, sous, verrous, trous, écrous… hiboux, choux, cailloux, genoux, bijoux, joujoux, poux
eu eux camaïeux, épieux, essieux, dieux, lieux, milieux… bleus, pneus, lieus (colins)
(e)au (e)aux drapeaux, bateaux, écriteaux, réseaux… landaus, sarraus
al aux chevaux, capitaux, hôpitaux, totaux, radicaux, amiraux… bals, bancals, calculs, caracals, carnavals, cérémonials, chacals, chorals, corrals, festivals, mistrals, narvals, nopals, pals, récitals, régals, servals, vals
ail ails détails, portails, chandails, attirails…
s, x, z

invariables

prix, embarras, bois, choix, sursis, avis, treillis, paix, décès, excès, index, mois, gaz, flux
autres œil → yeux ; bœuf → bœufs ; os → os, ciel → cieux ; ail→  aulx des œils-de-perdrix, des œils-de-bœuf, des ciels-de-lit ; dans œils-de-tigre

Les mots et expressions latins

Ils sont invariables (et ne portent pas d’accents).

Des a priori

Cas particuliers

Avec un « distributif » pluriel qualifié par plusieurs adjectifs au singulier :

les langues française et anglaise ; les États chinois et japonais…

Des lexicographes et grammairiens, d’autres linguistes ne tolèrent qu’à grand-peine cette construction, voire la rejettent. Dans tous ces cas, il est aisé d’éviter les tournures ainsi contestées (en répétant le nom au singulier, par exemple) :

la langue française et la langue anglaise ; la Chine et le Japon…

La construction boiteuse peut parfois provoquer des confusions de sens. Ainsi :

La littérature policière et romanesque a beaucoup influencé notre auteur…

Veut-on dire qu’il s’agit d’une seule littérature doublement caractérisée, ou bien de deux littératures distinctes ? Pour éviter toute ambiguïté, on préfère, si le sens précis l’exige, répéter le nom, ou, tout au moins, l’article :

La littérature policière et la littérature romanesque ont...

Lorsque le sens conduit à mettre les différents adjectifs qualificatifs au pluriel, avec cette même tournure, seuls des (hyper)puristes rejettent des constructions comme celles qui suivent :

Les coureurs belges et italiens (= il y a plusieurs coureurs belges et plusieurs coureurs italiens — voire la totalité des coureurs de ces deux nationalités participant à une course, par exemple).

Les rivières allemandes et autrichiennes

Si un ou plusieurs mots sont situés entre le nom (ou prénom) féminin et l’adjectif accordé au masculin pluriel, la construction est acceptable :

Elle nous narrait son aventure avec un charme et une vivacité vraiment délicieux.

Ces mots n’ont pas de singulier

Ces mots n’ont pas de singulier :
agapes (f) arrhes (f) épousailles (f) funérailles (f) pouilles (f)
agrumes (m) besicles (f) ès (prép.) gens (f) pourparlers (m)
affres (f) catacombes (f) fastes (m) = annales latrines (f) prémices (f)
aîtres ou êtres (m) cisailles (f) frais (m) confins (m) fiançailles (f)
mœurs (f) dépens (m) obsèques (f) entrailles (f)

Ces noms sont singuliers pour l’accord et pluriels pour le sens

du monde (un certain nombre de personnes)

le personnel (l’ensemble des employés)

le mobilier (l’ensemble des meubles)

le courrier (ensemble des écrits envoyés ou à envoyer)

 Adjectif qualificatif se rapportant à des noms de genre différent

Généralement, avec deux noms :

L’adjectif se met au masculin pluriel, certes, mais il convient, de plus, de mettre le nom masculin près de l’adjectif si celui-ci a, au masculin, une forme différente de la forme féminine :

On a trouvé une tête et un bras humains (et non : « un bras et une tête humains ») ;

Une robe et des souliers neufs (et non : « des souliers et une robe neufs »)…

Si l’adjectif a la même forme au masculin et au féminin, l’ordre n’a pas d’importance :

Des écrits et des déclarations stupides / Des déclarations et des écrits stupides.

Attention

Parfois, selon le sens, l’adjectif ne doit s’accorder qu’avec un seul nom (masculin ou féminin, singulier ou pluriel). Il faut alors rédiger de façon à devancer toute ambiguïté dans l’esprit de celui qui vous lit (il ne faut pas que l’accord donne l’impression qu’il s’agit d’une faute d’orthographe).

Une orange et une pomme verte (et non : « une orange et une pomme vertes »

Si l’exemple précédent ne saurait susciter le doute, la phrase suivante peut amener des lecteurs à se demander si l’adjectif breton ne devrait pas être au pluriel :

Un pêcheur et un mareyeur breton ont été interpellés.

Un bon journaliste (ou un écrivain rigoureux) s’attachera à apporter une précision de niveau équivalent pour chacun des noms (Un pêcheur charentais et un…). À défaut, dans l’incapacité de pouvoir donner ce renseignement, le rédacteur inversera les termes (Un mareyeur breton et un pêcheur ont…), ou bien renoncera — si cet élément n’est pas essentiel — à donner la précision pour un seul des personnages (Un pêcheur et un mareyeur ont…).

Adjectif qualificatif se rapportant à des noms joints par comme, ainsi que, et surtout, avec, etc.

D’une manière générale, si l’on veut insister sur l’idée d’addition on ne met pas de virgules, et l’adjectif s’accorde sur les deux noms (ou plus) :

Le loup comme le lynx sont des animaux robustes.

L’Océan ainsi que la montagne ont de soudaines colères…

Au contraire, si c’est l’idée de comparaison que l’on veut faire ressortir, les virgules sont indispensables (voire des tirets), et l’accord se fait sur le premier terme :

Le loup, comme le lynx, est un animal robuste.

L’Océan — ainsi que la montagne — a de soudaines colères.

On se gardera de constructions boiteuses qui ne donnent pas satisfaction quant à l’accord de l’adjectif. Ainsi :

Il avait la bouche, ainsi que les dents, toute noire.

Ou bien, même en conservant l’incise, on accorde au pluriel : toutes noires. Ou bien, encore, l’on modifie la phrase :

Comme ses dents, sa bouche était toute noire.

Sa bouche était comme ses dents : toute noire !

Avec et surtout, l’incise entre virgules est une obligation, ou quasiment, mais l’accord de l’adjectif tient compte du terme amené par et surtout :

Anne, Laurence, Sylvie, et surtout Pierre, étaient désolés.

Catherine, et surtout Armelle, s’étaient levées de bon matin.

 Avec de même que, l’accord peut se faire plutôt sur le premier sujet uniquement (avec une incise pour le second terme) :

Laurette, de même que Claudine, n’aime pas les huîtres.

L’accord sur les deux sujets est plus rare (il n’y a plus de virgules, dans ce cas) :

Laurette de même que Claudine n’aiment pas les huîtres.

Avec pas plus que, le raisonnement est semblable :

Zorro, pas plus que le Fantôme, ne séduit les filles.

mais on écrira mieux en rédigeant comme suit :

Pas plus que le Fantôme, Zorro ne séduit les filles.

Avec plutôt que et non plus que, on retrouve l’accord au singulier, obligatoire dans la plupart des cas :

Papin, plutôt que Cantona, occupera le poste d’avant-centre.

La France, plutôt que l’Italie, organisera une Exposition universelle dans le premier quart du XXIe siècle…

L’Allemagne, non plus que les Pays-Bas, n’a ratifié ce point de l’accord économique…

Website Comments

  1. Externalisation
    Répondre

    Je vous remercie de votre article très utile pour nous, opérateurs dans le domaine de la relation client. C’est une très bonne idée d’avoir publié cet article à titre de rappel et de renforcement des capacités rédactionnelles. Bravo pour l’initiative !

Laisser un commentaire