Le français, une compétence langagière requise

La manière dont nous appréhendons l’écrit a bien changé dû sans aucun doute à l’usage que nous en faisons avec les SMS, les tweets limités à 140 caractères, ces contacts épistolaires ou qui nécessitent une orthographe simplifiée.

L’excuse peut en être que nous sommes dans le flux et bien souvent, hélas, les idées priment sur la syntaxe et la bonne écriture.

Mais la langue française dans sa non-maîtrise peut être un obstacle pour chacun de nous dans la pratique quotidienne de son métier, dans l’évolution d’une carrière, la recherche d’un emploi, ou encore le développement de son réseau professionnel ou privé.

Moult métiers réclament une bonne possession de la langue écrite. En sus des compétences propres à la fonction pour laquelle vous postulez, de plus en plus d’entreprises réclament des compétences transversales, dont de posséder des compétences langagières.

« Le domaine du travail est aujourd’hui plus mouvant et réclame de plus en plus des compétences transversales pouvant être transférées d’une situation de travail à une autre. En dehors des compétences techniques, il est donc nécessaire de posséder des compétences langagières […]. Tous nos interlocuteurs ne perçoivent pas la maîtrise de la langue comme une compétence professionnelle. Celle-ci est davantage reconnue comme une compétence personnelle ou sociale. Le traitement social de la question qui s’est révélé être un levier à un moment donné peut, aujourd’hui, devenir un frein. […]. L’apprentissage de la langue est, en France, un enjeu fondamental en matière d’insertion professionnelle. La non-maîtrise de la langue est en effet un obstacle en termes d’accès à l’emploi et de progression de carrière.* »

L’écrit a désormais une place centrale en situation de travail.

Pour que le français ne soit plus votre bête noire, Au bonheur des Mots vous propose des formations de remise à niveau. Basées sur les confusions les plus courantes en orthographe, sur les règles de base grammaticales, de conjugaison, ces formations sont ponctuées d’astuces mnémotechniques et de nombreux exercices.

* Source : http://www.dglf.culture.gouv.fr/maitrise_langue/Actes_colloque0806051.pdf